L'histoire du port

LA CITÉ DES 100 CAPITAINES

Avant son détournement définitif, en 1578, vers la ville de Bayonne, l’embouchure de l’Adour fit naître Capbreton, «la cité des 100 capitaines», qui compta jusqu’à 8000 habitants au XIVe siècle.

Les premiers réaménagements portuaires remontent au second empire : l’estacade édifiée par Napoléon III, véritable emblème de la ville mais aussi les premiers alignements de quais.

Un bassin de chasses fût créé depuis le lac d’Hossegor. Une fois canalisé, il permit de pérenniser l’embouchure naturelle de Capbreton. Sa largeur est désormais beaucoup plus modeste par rapport à celle de son passé.

Le port de pêche d’origine se transforma en port de plaisance sous l’impulsion de la Mission Interministérielle d’Aménagement et de Côte Aquitaine (MIACA).

De 1973 à 1991 se construisent peu à peu les cinq bassins actuels : Pompidou, Pêcherie, Bonamour, Les Corsaires et Le Bourret qui portent le port à sa capacité actuelle de presque 1000 anneaux.

Le vieux rêve de rendre à la cité sa vocation maritime n’a cessé d’intéresser les régimes qui se sont succédés, et plus encore la population locale, fière de son passé.